Diagnostic carieux

En cariologie, l’examen clinique visuel est le premier élément de diagnostic pour le praticien.
Afin de récupérer un maximum d’informations pertinentes sur l’intégrité des organes dentaires et une éventuelle déminéralisation, certains outils vont aider le chirurgien-dentiste dans son analyse.

Aides optiques

L’utilisation d’aides optiques offre d’une part un grossissement de la surface à étudier, mais permet également le maintien d’une position plus ergonomique respectant le rachis du professionnel de santé.
L’utilisation d’une LED augmente d’autant plus le confort de travail.

Pour cela nous travaillons avec la société Odentik, partenaire officiel d’Aodos dans la fourniture d’aides optiques dans le milieu médical.

Fluorescence

La caméra SoProCare est un outil intéressant d’aide au diagnostic.

Elle permet, grâce à deux modes de fluorescence et un mode « lumière du jour », une analyse vidéo des surfaces dentaires afin de déceler, entre autres, déminéralisation et plaque dentaire.

Cet outil de diagnostic est proposé par le laboratoire Acteon, partenaire officiel d’Aodos.

Le Test Microbiologique

Par une analyse d’un échantillon réalisée en laboratoire, le test microbiologique permet de quantifier les bactéries responsables de la maladie carieuse. L’intérêt de ce test pour les athlètes est de dépister au plus tôt les sujets à risque, et de suivre l’évolution au cours des années afin d’éviter une destruction dentaire irréversible.

Pour cela, nous confions l’analyse à l’un de nos partenaires: l’Institut Clinident.

Le Cario-Analyse® permet l’identification bactérienne et l’analyse de la salive. Ces micro-organismes sont communs, et présents chez la plupart d’entre nous. Ils ne sont pathogènes que lors d’un déséquilibre dans leur nombre.

Le changement d’un paramètre, comme le manque de salive ou l’acidité, peut bouleverser tout cet écosystème.

De plus, l’activité physique intense a pour répercussion connue une baisse du système immunitaire. Bon nombre d’athlètes se retrouvent, à quelques jours de la compétition, avec une infection de la sphère ORL, conséquence de cette immunodépression.

Les micro-organismes de la bouche pourraient d’ailleurs être responsables de certaines affections ORL et pulmonaires.

Il est donc indispensable d’appliquer une surveillance quantitative microbiologique chez le sportif.

Vous êtes chirurgien-dentiste ?

Pour vous inscrire à nos prochaines sessions de formations,
contactez-nous via notre formulaire.